Le tangue cousin du hérisson europe chasse

photos de l'île de la réunion, informations touristiques, randonnées, plus de 1000 photos en ligne. Ce site vous permettra d'effectuer UN VOYAGE VIRTUEL A L'ILE DE LA REUNION - Bonne visite.  Votez   Aidez-nous !  Click here for english version of this site   ---   Cliquez ici pour la version anglaise de ce site

 

CULTURE > Dossiers de la Réunion > Le Tangue

 (Message posté sur notre liste de discussion par un de nos membres)

 

  Le tangue

Le tangue, lointain cousin du hérisson d'Europe, est plus gros et demeure un descendants direct du tanrec malgache, car son véritable nom est: tenrec ecaudatus.
Les nègres l'appelaient "tangue".
La présence de cet animal dans notre île a été signalée par Flacourt en 1658, et il disait que les malgaches en étaient très friands.
Il fait partie de la famille des carnassiers insectivores. Il fut importé par nos ancêtres originaires de la Grande Ile. On le retrouve un peu partout.
A la différence du hérisson, il ne peut se mettre en boule quand il est attaqué, mais il se défend avec courage en dressant ses piquants. Lourdaud, il se dandine le long des sentes, dans les buissons, et on le trouve parfois sur les routes la nuit. De petite taille (ne dépasse pas 30 cm), c'est un animal essentiellement nocturne. Il a le museau très pointu et terminé par un groin mobile qui dépasse de beaucoup les dents. Il se nourrit d'insectes, mais aussi de limaces, de fruits et de racines.
Ses poils, même s'ils sont très raides par endroits, ne peuvent se comparer aux piquants du hérisson. Quand arrive la saison où ils sortent de leur tanière (septembre-octobre) vos planches de potager sont toutes retournées la nuit par lui. Au jour naissant, il se retire dans un trou caché sous quelques roches, entre des racines d'arbres et souvent au milieu de broussailles.
Longtemps menacé de disparition par un braconnage intensif, il prolifère aujourd'hui grâce aux arrêtés réglementant sa chasse. Celle-ci, je crois est permise en été durant deux mois. n se chasse la nuit à l'aide de chiens accoutumés à le poursuivre. Leur odeur/sauvage facilite la tâche du chien.
Certaines personnes en sont friands au point d'aller le déguster dans des restaurants qui servent cette spécialité, d'autres ne le mangeront pas du tout et en éprouveront une certaine aversion. Tout est question de goût! !    Chantal L.

 

N'oubliez pas de laisser votre avis sur ce site dans le livre d'Or

Pour vous abonner à notre liste de discussion, cliquez ici. Merci par avance pour votre soutien et vos critiques.

Retour

Capturé par MemoWeb à partir de http://perso.wanadoo.fr/daniel.lacouture/Divers/Dossiers_Nature/culture_nature_003.htm  le 02/10/03