le bananier les bananiers le bananier plante arbre fruitiers

photos de l'île de la réunion, informations touristiques, randonnées, plus de 1000 photos en ligne. Ce site vous permettra d'effectuer UN VOYAGE VIRTUEL A L'ILE DE LA REUNION - Bonne visite.  Votez   Aidez-nous !  Click here for english version of this site   ---   Cliquez ici pour la version anglaise de ce site

 

CULTURE > Dossiers de la Réunion > Le Bananier

 (Message posté sur notre liste de discussion par un de nos membres)

 

  Le Bananier

 

  


Son nom serait d'origine guinéenne. C'est une plante qui proviendrait d'Extrême-Orient : Asie Sud-orientale, archipel malais, Philippines. Les bananes longues ainsi que les " bananes-figues " ont été introduites de Ténériffe en 1774 par M. Cossigny.
La banane est certainement l'un des fruits les plus commercialisés dans le monde. Elle forme une des principales cultures des Antilles, mais ici à la Réunion on la cultive surtout du côté de Sainte-Rose. De toutes manières, c'est un fruit poussant dans les régions tropicales. Ces variétés croissent surtout dans les endroits abrités, frais, humides et ombragés. Disons qu'ils viennent dans des sols bien drainés, avec une hygrométrie convenable.
C'est une musaceae de taille variable, issue d'un rhizome. De là naissent de grandes feuilles constituées d'une longue gaine terminée par un limbe étalé. Dans leur premier âge, ses feuilles sont enroulées en cornet, disons une sorte de hampe. Ces feuilles peuvent atteindre plusieurs mètres de long. Elles sont simples, entières, et quand leur limbe apparaît découpé, c'est qu'il a été déchiré par le vent. De grandes nervures parcourent celles-ci.
Le tronc, issu du rhizome n'est pas constitué par un bois comme celui des autres arbres. Il est formé par les énormes gaines qui recouvrent chaque feuille et celles-ci sont emboîtées les une dans les autres. On pourrait le comparer à du papier mâché avec des alvéoles de carton d'emballage. C'est en quelque sorte un gigantesque poireau creux.
Le bananier, " l'arbre du paradis " pour les arabes, n'est pas un arbre mais une herbe arborescente.
Il ne se ramifie pas en branches comme les arbres ordinaires. Il est difficile de croire, observe un botaniste, que cette espèce de 7 à 12 mètres ne soit qu'une herbe géante.
Sa fleur sortira au milieu du tronc, c'est-à-dire dans toutes ces gaines emboîtées, et là elles sont disposées de plusieurs rangées et sont abritées par de grandes bractées membraneuses colorées. C'est ce qu'on appelle ici : " le baba-figue " et qu'on mange en légume accompagné de viande. Les fleurs à pistil donneront des fruits et ceux-ci se présenteront sous forme de longue grappe pendante appelée régime. Ils sont charnus et savoureux une fois mûrs. 

 

 

La banane se mange en général nature, mais la banane verte se prête à de nombreux mets succulents et en Malaisie, les beignets de bananes servent d'en-cas. Considéré comme une manne, le bananier est souvent associé à la vie religieuse. Au Moyen Age les chrétiens appelaient la banane : pommum paradisi, car ils voyaient en elle, et non en la pomme, le fruit avec lequel Eve aurait tenté Adam. En Birmanie, les bananes cuites dans une espèce de sauce de poisson épicée et servies avec des nouilles de riz auraient constitué le plat favori de la dernière dynastie. Il faut savoir que quand le bananier a donné son régime, le tronc ne sert plus à rien. D'autres régimes viendront mais sur un autre tronc poussé comme un rejet juste à côté. Ce qui amène à dire que le bananier ne produit qu'un seul régime. Quand arrive le moment où il tombe parce que sa vie est terminée, le créole ne perdra pas ce tronc. Les planteurs des hauts, autrefois hachaient en fines lamelles ce tronc et le mélangeaient avec du son et du tourteau afin d'engraisser leurs porcs.
Cette musaceae n'est pas très solide, et au passage de chaque cyclone ou coup de vent, c'est un désastre ! Heureusement que la rapidité de sa croissance est spectaculaire.
On compte plusieurs variétés de bananes : une qui a les fruits longs, une autre qui est appelée banane-figue (plus petite), la figue-mignone, la jingili (minuscule banane très parfumée), la figue malgache, la banane carrée… mais en plus petit nombre.
Les bananeraies doivent être bien irriguées. Ces plantations exigent des soins constants, et la récolte est pour du moins spectaculaire aussi.
Les principaux exportateurs de ce fruit (la variété la plus courante) sont les Etats-Unis et l'Europe. Les principaux producteurs de l'Europe sont la Guadeloupe et la Martinique.
Les Indiens écrivaient sur les feuilles de bananier. Mais ici à la Réunion, pendant la guerre et l'après-guerre, n'ayant pas de papier, les gens à l'école écrivaient chacun sur une feuille de bananier apportée le matin même à l'aide d'une épine d'oursin ou de " choqua " (aloès).
Ces grandes feuilles font office d'assiette et de plat, ou de parapluies rudimentaires. Dans des réceptions, lors des fêtes indiennes, à l'origine cette coutume était très répandue, et elle a gagné du terrain avec le temps. Le créole autrefois plaçait dans son " van " des feuilles, des feuilles sur lesquelles il y dressait une pitance de riz et de cari, et y mettait les enfants autour, assis sur un tapis ou sur une pelouse. Ceux-ci étaient heureux de manger ainsi, et pas besoin de fourchettes, ni de couteaux, on mangeait à la main !!
" Les feuilles sont si grandes que l'une d'entre elles abrite un homme du soleil et de la pluie… " disait Christopher Tryke, médecin de la Marine au XVII ème siècle.       Chantal L.

 

N'oubliez pas de laisser votre avis sur ce site dans le livre d'Or

Pour vous abonner à notre liste de discussion, cliquez ici. Merci par avance pour votre soutien et vos critiques.

 

Retour

Capturé par MemoWeb à partir de http://perso.wanadoo.fr/daniel.lacouture/Divers/Dossiers_Nature/culture_nature_011.htm  le 02/10/03