la vanille meilleure vanille grande qualité meilleures vanilles du monde

photos de l'île de la réunion, informations touristiques, randonnées, plus de 1000 photos en ligne. Ce site vous permettra d'effectuer UN VOYAGE VIRTUEL A L'ILE DE LA REUNION - Bonne visite.  Votez   Aidez-nous !  Click here for english version of this site   ---   Cliquez ici pour la version anglaise de ce site

 

CULTURE > La vanille

 (Message posté sur notre liste de discussion par un de nos membres)

 

La vanille 

 


La vanille est originaire du Mexique, les Aztèques la mélangeaient avec du cacao et du piment et en préparaient une boisson, stimulante dit-on.
C'est une orchidée. Ses fleurs sont insignifiantes, verdâtres en épi de 15 cm de long. Son nom aztèque tlilxochitl signifie gousse noire : elle fut transposée par un mot espagnol vainilla qui signifie petite gousse.
Dans les 100 espèces localisées dans le Monde, 3 seules ont une valeur marchande. La Réunion en cultive au moins une : la vanilla planifolia, et c'est l'espèce la plus prisée dans le Monde. C'est pourquoi recherche t-on souvent la vanille d'origine Bourbon.
Ils furent au moins 3 à avoir eu l'honneur de l'introduire ici : Philibert, Perrotet et Marchant. Sur ce sujet les historiens ne sont pas d'accord, nous n'allons pas en faire un débat !!
Cette plante fut très vite acclimatée dans diverses régions de l'île, mais il lui faut à la fois une humidité constante et des pluies fréquentes. C'est pourquoi cette liane se plait bien dans la région de Saint-Philippe et dans l'est de notre île. C'était une plante ornementale. Ses feuilles sont oblongues, charnues et alternées. On se contentait de ses fleurs puisqu'on ne savait pas encore comment les féconder.
Sur le domaine de M. Ferréol Bellier-Beaumont à Sainte-Suzanne, il y avait une grande quantité de plants. Ce riche propriétaire possédait de nombreux esclaves, dont un qui avait perdu sa mère à sa naissance et qu'il s'est attaché à lui comme à son enfant. Il se nommait Edmond Albius. C'était un génie, passionné par la botanique, aussi son maître lui expliquait des choses, notamment comment procéder pour la fécondation artificielle du Jolifat (c'est une plante de la famille des citrouilles).
M. Bellier-Beaumont cherchait depuis tant d'année comment s'y prendre pour que la vanille donne des gousses. Voilà qu'un jour des gousses apparaissent suspendues à la liane ; celles-ci étaient longues de couleur vert clair et regroupées en grappes. Le Maître, très étonné en parla à son esclave qui lui raconta ce qu'il avait fait avec la fleur (toute une technique)
Une autre version des faits nous dit que c'était lors d'une colère qu'il écrasa les orchidées de son maître qui les affectionnait tant, pour se venger et que la fécondation se fit d'une manière accidentelle.
Toujours est-il que Edmond en 1841, par un hasard miraculeux peut-être, a découvert le procédé de la fécondation artificielle de la vanille. Cette découverte allait enrichir de nombreux planteurs et doter l'île d'une nouvelle industrie agricole.
Dans l'île en 1848, 50 Kg de gousses furent exportées, et en 1898 on en arriva à 200 tonnes. On aurait dû, vu sa découverte, l'affranchir. Il y aura des démarches entreprises pour récompenser ce génie, mais rien ne se concrétisera. Edmond, après l'abolition de l'esclavage mourut en 1880 dans la misère.
Avant la récolte certains planteurs marquent chaque gousse au moyen d'un morceau de liège hérissé de petites pointes disposées en forme de sceau. Cette opération a lieu 6 semaines après la pollinisation. Ce poinçonnage permet de diminuer les vols.


Après la cueillette qui a lieu de juin à septembre, il y a encore un énorme travail pour la préparation des gousses telles qu'on les trouve dans le commerce. Celles-ci passent par le four, puis le bain-marie, l'échaudage, et autres techniques encore que vous découvrirez en visitant la Maison de la vanille, soit dans un domaine créole à Saint André (ville) qui reçoit tout de même 50 000 visiteurs par an, soit à Bras Panon à la coopérative. Après seulement le séchage au soleil.
Quand vous achetez de la vanille dans le commerce dans l'île, emballé sous l'appellation " vanille Bourbon ", prenez le temps de regarder au dos de celui-ci, s'il y a la lettre A, B, C, D. Si c'est A cela vient de la Réunion. Le B est employé pour ces gousses venant de Madagascar. Le C est employé pour la vanille en provenance des Comores, et la lettre D pour les autres origines. En 1964 ces trois pays se sont regroupés en une alliance de la vanille et fournissent 80% de l'exportation mondiale. C'est pourquoi l'emballage se fait dans notre île.
Il existe aussi de la vanille de synthèse, mais la Réunion, producteur de la meilleure véritable vanille au monde, ne l'utilisera que vraiment peu.
Le Mexique, l'Indonésie (Java) et l'Ouganda en produisent aussi mais en moindre importance.
Dans l'industrie des spiritueux, la vanille est entre autres, utilisée pour des liqueurs aux œufs, au cacao et au café. Dans la parfumerie la vanille joue un rôle dans les parfums ambrés artificiels et les poudres de riz. Dans l'art culinaire, la vanille " reine des épices " est utilisée en diverses façons.
Cette culture nécessite beaucoup de soins, de patience et d'amour. Avant de se retrouver sur les étalages, la vanille traverse en effet un long processus de conditionnement.
La vanille Bourbon sert à parfumer les crèmes, sirops, chocolat, liqueurs et cosmétiques du monde entier. On lui prête aussi de nombreuses propriétés médicinales : stimulante, digestive, hypnotique et aphrodisiaque…
Chantal     Chantal L.

 

Retour

Capturé par MemoWeb à partir de http://perso.wanadoo.fr/daniel.lacouture/Divers/Dossiers_Nature/culture_nature_017.htm  le 02/10/03