Les combats de coqs à l'île de la Réunion combats animaux coqs bataille coqs

photos de l'île de la réunion, informations touristiques, randonnées, plus de 1000 photos en ligne. Ce site vous permettra d'effectuer UN VOYAGE VIRTUEL A L'ILE DE LA REUNION - Bonne visite.  Votez   Aidez-nous !  Click here for english version of this site   ---   Cliquez ici pour la version anglaise de ce site

 

CULTURE > Les dossiers thématiques  > Les combats de coqs de l'île Réunion

 (Message posté sur notre liste de discussion par un de nos membres)

 

  Les combats de coqs

Nos ancêtres sont venus des quatre horizons. Du nord de la France entre autres. Ils ont apporté les traditions de leurs régions d'origine. C'est de cette manière que ces combats se sont développés dans notre île si diversifiée !!

A la Réunion, certains sont passionnés par les randonnées, d'autres par la lecture, la télévision, la généalogie, la photo etc. D'autres encore le sont par les combats de coqs.

Ces gens élèvent eux même leurs bêtes. Diverses variétés composent cet élevage en vue des combats., et est en constante amélioration vu les nouvelles races arrivant dans l'île ;. mais la plus courante est " le coq de l'Inde ".

        

En général ces coqs sont bichonnés et a pour nourriture du maïs. Bien souvent, du cresson, de la viande hachée, et autres viennent améliorer leur repas. Tout ceci leur est donné avec amour. Ces jeunes volatiles sélectionnés pour le combat sont entretenus par des soins spéciaux. Vous vous demandez lesquels ? Ils ont leur bain tous les jours, leur poulailler est nettoyé afin qu'il y ait une hygiène remarquable. Ils sont aussi massés tous les jours pour les endurcir, et leurs maîtres n'ont qu'une idée en tête : en faire des champions ! C'est là leur but !!

Ils leur font pratiquer tous les jours des entraînements. Là, des éleveurs conviennent du jour et du lieu du combat d'essai de leurs gallinacés.

Lors de cet entraînement, les ergots sont recouverts avec des pansements adhésifs pour éviter toute éventuelle blessure. Il serait intolérable qu'un coq se blesse seulement lors d'un simple entraînement. Après 2 ou 3 essais, on envisage le combat officiel dans une arène appelée " rond ". En général, l'arène est une sorte de hangar afin d'être à l'ombre, et aussi à l'abri de la pluie. Sous ce hangar, sont disposés pour cette occasion des bancs en gradins. Les " ronds " les plus célèbres sont ceux de Saint-Benoît, Saint-André, Saint-Denis, le Port, Saint-Pierre, et du Tampon.

Une foule nombreuse s'y presse chaque semaine, les paris sont élevés, les discussions houleuses.

     

Là, chaque combat fait l'objet de paris en principe interdit par la loi. D'énormes sommes d'argent sont ainsi misées sur l'un ou sur l'autre, les discussions deviennent houleuses. Ainsi, certains pour ces genres de paris, ont dilapidé la fortune familiale. (il n'y a pas qu'au loto que le Réunionnais mise beaucoup !!)

A la Martinique aussi, ces combats sont pratiqués et en plus grand nombre que dans notre île.

Les préludes de la rencontre sont longs et minutieux : pesage et choix des combattants. Tel coq combattra contre celui de Monsieur X. On pose sur ces volatiles des ergots artificiels.

Tout ceci est suivi de pratiques rituelles de la part de leurs propriétaires. Enfin, quand les volatiles sont longuement excités, ils
sont jetés dans le " rond " par leurs " soigneurs " respectifs.

Là, chacun retient son souffle et suit avec attention ce combat qui allait déterminer le gagnant (mais aussi ceux qui allaient gagner de l'argent de par leurs mises !), car tout comme dans un match de football, on ne connaît jamais comment tout ceci va se dérouler.

        

Les coqs se battent à coups de " bec " et d' "ergots " (les assistants, au moindre coup se réjouissent) ; ils cherchent surtout à atteindre la tête et le cou de leur adversaire . Parfois, sans qu'on s'y attende, l'un des coqs bondit et frappe de ses ergots l'autre. C'est alors un coup admiré. Le coq abat son adversaire sous ses ailes et le maintient à terre. On entend alors des cris de joie, on applaudit, mais l'équipe adverse (c'est à dire ceux qui ont misés sur le coq battu) conteste. On se croirait assistant à un match, et se réjouir d'un but remarqué ! Très souvent après le combat, il y a règlement de compte (bagarres, disputes tout comme dans
un match).

Des moments de repos sont accordés ; il me semble que c'est la même chose sur un ring de boxe. Là, le " soigneur rafraîchit son coq en lui mouillant les pattes, en lavant ses plaies et en l'essuyant assez souvent. Après ce laps de temps, c'est la victoire. Et dire que c'est interdit par la loi et pourtant c'est une pratique courante dans l'île. Mais attention, spectacle déconseillé aux coeurs sensibles, car le sang gicle réellement.    Texte de Chantal.L. Photos de Daniel L.

 

N'oubliez pas de laisser votre avis sur ce site dans le livre d'Or

Pour vous abonner à notre liste de discussion, cliquez ici. Merci par avance pour votre soutien et vos critiques.

Retour

Capturé par MemoWeb à partir de http://perso.wanadoo.fr/daniel.lacouture/Divers/Dossiers_histoire_coutumes/Divers_Discussion_Dossier_007.htm  le 02/10/03