les nénènes petit déjeuner cuisine maître d'école

photos de l'île de la réunion, informations touristiques, randonnées, plus de 1000 photos en ligne. Ce site vous permettra d'effectuer UN VOYAGE VIRTUEL A L'ILE DE LA REUNION - Bonne visite.  Votez   Aidez-nous !  Click here for english version of this site   ---   Cliquez ici pour la version anglaise de ce site

 

CULTURE > Dossiers de l'île de la Réunion > Les nénènes

 (Message posté sur notre liste de discussion par un de nos membres)

 

  Les nénènes (3ème partie et fin)

 

Passons plutôt à ses activités. Le matin, elle se levait de bonne heure, nettoyait sa chambre et se rendait à la cuisine où elle préparait le petit-déjeuner de ses maîtres. Pour cela, elle devait enfiler son grand tablier blanc pour la journée. Certains maîtres exigeaient que celle-ci leur apporte le café au lit le matin. La nénène était fière d'avoir cet honneur !!


Après, elle mettait de l'ordre dans la cuisine, dans une autre pièce, balayait la cour. Quand ses maîtres étaient levés, et attablés elle se tenait à côté pour le service du lait, prête à intervenir pour servir, ramasser une serviette tombée.


Après ce petit repas, elle desservait et faisait la vaisselle. Cette tâche terminée, les enfants préparés (par elle aussi) pour l'école, elle se livrait à d'autres occupations : le ménage. Sa " brosse-coco " sous un pied, un patin de l'autre, elle la déplaçait avec rythmes saccadés et en chantant des airs de chez elle, et toujours avec la bonne humeur.


Avec cette brosse, elle astiquait le sol de béton rougi. A l'aide de son chiffon essuyait les meubles, finissait par balayer, et passer les deux patins cette fois-ci afin de faire briller le sol. Il fallait qu'on se voyait dedans, pour cela elle avait recours à des plantes sauvages : le bringellier qui avait la propriété de rendre au parquet toute sa brillance. Il faut dire aussi que les maîtres l'exigeaient à l'époque !


Fini le ménage, elle s'occupait des plantes de la maison. Celles de la maison étaient généralement l'orgueil de la maîtresse de maison, par conséquent la nénène arrosait, traitait, enfin voyait d'elle-même ce dont la plante avait besoin.


La corvée de l'argenterie était faite assez régulièrement. Pour cela, elle sortait toutes les pièces et astiquait car ce métal noirci facilement. A l'époque il n'y avait pas de produit d'entretien pour les métaux, alors une fois de plus, elle avait recours aux feuilles de bringelliers. Cette plante servait à beaucoup de chose autrefois.  Chantal L.

 

Pour vous abonner à notre liste de discussion, cliquez ici. Merci par avance pour votre soutien et vos critiques.

Retour

Capturé par MemoWeb à partir de http://perso.wanadoo.fr/daniel.lacouture/Divers/Dossiers_histoire_coutumes/histoire_coutume_006.htm  le 02/10/03