photos cyclones dépressions cyclone tropicale les cyclones ile réunion tempête cyclones

photos de l'île de la réunion, informations touristiques, randonnées, plus de 1000 photos en ligne. Ce site vous permettra d'effectuer UN VOYAGE VIRTUEL A L'ILE DE LA REUNION - Bonne visite.  Votez   Aidez-nous !  Click here for english version of this site   ---   Cliquez ici pour la version anglaise de ce site

 

CULTURE > Coutumes de l'île de la Réunion > Les cyclones

 (Message posté sur notre liste de discussion par un de nos membres)

 

  Les derniers cyclones qui ont marqués l'île de la Réunion

 

   



Chantal L. : Parait-il qu'on ne sait jamais de quoi les femmes sont capables, c'est pourquoi on baptisait les cyclones de prénoms féminins dans la zone de l'Océan Indien, alors que dans l'autre hémisphère, c'était les prénoms masculins qui étaient de rigueur.


Clotilda : c'était un vendredi 13 ; Saint-Denis fut meurtri. Dans l'est ce fut la désolation, le sud fut secoué et l'ouest connut le déluge. Pendant 6 jours Clotilda a tenu la population en émoi, frappant de plein fouet l'île le 13. Un vendredi tragique que l'on n'oubliera pas.


Deux ans plus tard, passa sur l'île Firinga dont toute la population réunionnaise s'en souviendra. 

 

C'était le dimanche 29 janvier 1989 à 4 heures que la Préfecture déclara l'alerte n°3 soit : interdiction de sortir de chez soi, seuls les secours étaient autorisés à circuler, car la Réunion se préparait à recevoir Firinga de plein fouet. On était tous barricadés dans nos maisons. L'attente fut longue.
Vers 13 heures Firinga aborda nos côtes par l'est, entre Saint-Benoît et Sainte-Rose avant de ressortir à la hauteur du Port.
Le front du cyclone ravagea le sud déjà ébranlé quelques jours plus tôt par des pluies diluviennes. Les vents atteignaient des pointes de 220 Km/h au Tampon, 200 à la Plaine des Palmistes, et 180 Km/h à Saint-Pierre. Durant le cyclone, la Réunion a subi d'énormes dégâts surtout dans le sud. Les journaux de l'époque ont titrés : " Le sud ravagé et meurtri ".
Que de maisons se sont effondrées, d'autres inondées, ou toits envolés avec la force des vents. 

A Saint-Pierre, près d'un immeuble se dressait une grue. Celle-ci avec la force des vents, est tombée emportant une bonne partie de l'immeuble qu'on venait de construire.
Les routes ont été emportées, les arbres déracinés, la plupart des radiers, eux aussi emportés par les crues des ravines. Parfois, des ponts ont été soufflés !
Les cultures de vanille ont enregistré une perte de 50%. On évalua à plus de 700 personnes le nombre de sans abris.
Un grand nombre de communes ont été privées d'eau potable et ce pendant longtemps car il n'y avait même pas le système d'approvisionnement par camion citerne faute de routes !! Fort heureusement qu'il y avait l'eau de pluie et les réserves que les habitants font systématiquement à l'annonce d'un cyclone.

Le système des alertes a changé à l'heure actuelle, et porte des noms de couleur : orange et rouge, précédé de la vigilance cyclonique (sorte de pré alerte).

Durant le passage de Firinga, plus de 1080 personnes ont été secourues par des policiers, gendarmes, pompiers etc… 

Un grand nombre de gens ont été hébergé dans des centres. On a aménagé des dortoirs dans les écoles.
Avant de s'attarder sur ces choses matérielles (électricité, eau, maison…), que de vies ont été emportées ! 

Certains bien sûr, ont été imprudents en voulant à tout prix traverser en voiture ou à pied, un radier submergé, et bien sûr, vu la furie des eaux, ils son partis et on n'a même plus retrouvé leur corps !
Le bilan de l'électricité fut lourd. On est resté par exemple plus de 12 jours après le cyclone sans eau, ni électricité. On est resté plus de 12 jours après le cyclone sans eau ni électricité.
Étant sans eau, les gens allaient après amélioration de la météo, faire leur lessive à la ravine. Chaque femme portait sur leur tête, un gros ballot de linge sale afin de frotter et de rincer les vêtements utilisés pendant toute la durée du cyclone.

Même la presse métropolitaine a parlé de Firinga. Libération titrait " La Réunion en état de choc ". Le Figaro : " La Réunion sinistrée ". France-Soir : " Des dizaines de maisons emportées par les eaux en furie ". Quant à L'Humanité, il titrait : " l'Apocalypse ". Le Monde, lui faisait une drôle de comparaison en disant que " Firinga avait ravagé l'île 41 ans jour pour jour, après celui de 1948. Dans un autre article je relaterais des cyclones dont se souviennent les réunionnais. 

 

Retour

Capturé par MemoWeb à partir de http://perso.wanadoo.fr/daniel.lacouture/Divers/Dossiers_histoire_coutumes/histoire_coutume_017.htm  le 02/10/03