église religion catholique la paroisse saint-jacques

photos de l'île de la réunion, informations touristiques, randonnées, plus de 1000 photos en ligne. Ce site vous permettra d'effectuer UN VOYAGE VIRTUEL A L'ILE DE LA REUNION - Bonne visite.  Votez   Aidez-nous !  Click here for english version of this site   ---   Cliquez ici pour la version anglaise de ce site

 

CULTURE > Coutumes de la Réunion > La paroisse Saint-Jacques

 (Message posté sur notre liste de discussion par un de nos membres)

 

  La paroisse Saint-Jacques

 


Le quartier du Butor était dans la joie quand ils apprirent qu'on allait ériger en paroisse leur église. C'est Monseigneur Desprez qui a procédé à la cérémonie.
A l'origine, la population de cette partie de la ville ne possédait qu'une modeste chapelle pour leurs devoirs religieux, que le préfet apostolique avait bénite en 1848. Celle-ci devenant trop petite pour contenir tous les fidèles, on se proposa de construire une nouvelle église surtout qu'un violent cyclone l'avait ébranlée.
Trois familles donnèrent généreusement un terrain qu'ils possédaient, afin d'y édifier un nouveau sanctuaire.
D'ailleurs à cette époque il y eut un vaste programme de constructions de chapelles et d'églises paroissiales sous les épiscopats de Mgr Desprez et Maupoint. Dans la plupart des cas, des bâtiments en pierres remplaçaient des constructions en bois et ainsi inspiraient les artistes.
En remplacement de cette première chapelle, fut construit un vaste édifice en pierres. L'urbanisation de cet écart rural, aujourd'hui quartier à part entière de Saint-Denis ville entraîne des transformations de l'édifice qui subit en deux fois des agrandissements.
Saint-Jacques était la paroisse la plus pauvre de la ville. Vers 1950 le Père Grienenberger, un alsacien fut nommé à cette paroisse. Le travail ne lui faisait pas peur. Prêtre spiritain, il constate que l'église, bien qu'agrandie, était trop petite. Il met lui-même en chantier son agrandissement, ajoute 500 places. Puis, il agrandit la sacristie. Il bâtit aussi le foyer des jeunes. Seul, avec son téléphone et ses déplacements, il entreprit des démarches audacieuses pour le permis de construire, subvention auprès des maires de l'époque, des collectivités, et tant de démarches administratives…
De nombreux sympathisants l'ont entouré. Aussi n'a-t-il pas de peine à trouver un architecte. Il fit travailler des équipes d'ouvriers encadrés par des professionnels. Ceux-ci besognaient tout en apprenant (une sorte de stage) !!
Ce Père partait de ce principe : " il ne faut pas attendre d'avoir les moyens de faire sinon on ne fait rien " En quelques mots, il faut avoir confiance à Dieu le Père !
Un jour en visitant un bidonville de la paroisse en compagnie de Michel Debré, alors Ministre, il fut très secoué, et se demandait s'il y avait encore tant de misère cachée à deux pas de là. Il décrivait : " qu'il y avait de la boue jusqu'aux chevilles, et dans la case un rat grignotait les croûtons de pain sur la table ". Tout ceci le travailla. Il n'était pas tellement partisan de la charité, où on vous donne de l'argent ou des vêtements, mais disait-il, vous n'avez aucun contact, aucun amour. Il fonda un réfectoire (cadeau de la municipalité) et l'appellera Restaurant de l'amitié.
Des commerçants de tout horizons venaient à son œuvre, afin d'y faire des dons. Par exemple des yaourts trop près de la date limite de consommation, étaient donnés par certains, d'autres portaient du riz, d'autres encore des conserves et il avait l'art, certainement avec de la main d'œuvre, d'allier toutes ces denrées, afin d'y faire un repas équilibré pour tout ces SDF. Il répétait souvent que le réunionnais était extrêmement généreux, car il ne donnait pas seulement à manger, mais des vêtements, du savon, du dentifrice…
Ce fut un succès pour la ville de Saint-Denis. Maintenant que le curé est décédé après 58 ans de sacerdoce, on peut dire qu'il a été un grand homme ayant de l'amour à partager avec tous sans exception.            Chantal L.

 

 

Retour

Capturé par MemoWeb à partir de http://perso.wanadoo.fr/daniel.lacouture/Divers/Dossiers_histoire_coutumes/histoire_coutume_029.htm  le 02/10/03