la légende de sitarane compte et légende de la Réunion histoire de sitarane sorcier

photos de l'île de la réunion, informations touristiques, randonnées, plus de 1000 photos en ligne. Ce site vous permettra d'effectuer UN VOYAGE VIRTUEL A L'ILE DE LA REUNION - Bonne visite.  Votez   Aidez-nous !  Click here for english version of this site   ---   Cliquez ici pour la version anglaise de ce site

 

CULTURE > Coutumes de la Réunion > L'affaire Sitarane

 (Message posté sur notre liste de discussion par un de nos membres)

 

  L'affaire Sitarane



Tout le monde à La Réunion connaît le nom de Sitarane, sans savoir généralement les détails -et les mystères- de l'affaire.


Elle commence en 1909, dans le Sud, où des vols étranges sont perpétrés : les bandits entrent dans les maisons sans que les chiens et les propriétaires ne se réveillent.


Elle tourne au drame quand on découvre un jeune homme égorgé chez lui, dans le bas du Tampon, puis un jeune couple d'instituteurs à Saint-Pierre.


Les indices laissent à penser que la bande se livre à des actes particulièrement barbares sur ses victimes.

La bande est finalement prise, grâce à l'oreille fine d'un gardien.

On découvre qu'elle usait de "poudres magiques" destinées à endormir gens et animaux, et que les trois meneurs buvaient le sang de leurs victimes.

Deux procès ont lieu, à Saint-Pierre puis à Saint-Denis ?

Et là, on entre dans une autre énigme.
Car le cerveau de la bande est un Indien du nom de Calendrin : (curieusement nommé" Saint-Ange Gardien"!) qui ne sera pas condamné à mort mais simplement envoyé au bagne en Guyane, où il mourra 25 ans plus tard.


Ses deux comparses, en revanche, sont exécutés à Saint-Pierre, et enterrés au cimetière de la ville.

Nouvelle bizarrerie : La mémoire populaire oubliera totalement le nom du jeune Fontaine pour ne se souvenir que de celui de "Sitarane", de son vrai nom:"Simicoudza Simicourba", un "engagé" du Mozambique, exécuteur de Calendrin, et dont la légende fera un "grand sorcier", alors que, dans le trio, il n'était que l'égorgeur.


Mais cette vérité, souvent répétée, n'empêchera pas la légende de continuer à courir, et les adeptes de persister à offrir verres de rhum, cigarettes et autres cadeaux à l'âme noire du "sorcier Sitarane" auquel on attribue, d'ailleurs, beaucoup plus que trois crimes.                                       Marie-Cécile G.

 

 

Retour

Capturé par MemoWeb à partir de http://perso.wanadoo.fr/daniel.lacouture/Divers/Dossiers_histoire_coutumes/histoire_coutume_035.htm  le 02/10/03