Montgaillard de AM de Lagrange - Poésies et poèmes - amoureuse étreinte

photos de l'île de la réunion, informations touristiques, randonnées, plus de 1000 photos en ligne. Ce site vous permettra d'effectuer UN VOYAGE VIRTUEL A L'ILE DE LA REUNION - Bonne visite.  Votez   Aidez-nous !  Click here for english version of this site   ---   Cliquez ici pour la version anglaise de ce site

 

CULTURE > Poésies de la Réunion > Montgaillard (A-M de Lagrange)

 (Message posté sur notre liste de discussion par un de nos membres)

 

Montgaillard (1)
A-M. de Lagrange

La brume qui descend des cimes, le rivage
Là-bas étincelant, les oliviers sauvages

Aux talus des chemins, le funèbre mouffia
Chevelu, qui se penche avec un geste las

Sur la gorge où, parmi les lames des agaves,
Le soleil de juillet empourpre les goyaves,

Tout nous garde en ces lieux le souvenir, l'écho
du chantre harmonieux des graves filaos.

Son ombre nous accueille au pied de la colline ;

Elle nous guide par les abruptes ravines,
Jusqu'au sous-bois humide et toujours frémissant

De la mélodieuse et pénétrante plainte
Que le vent, prolongeant son amoureuse étreinte,

Arrache, en longs soupirs, à l'arbre frissonnant.

De songes innommés, les formes impalpables
Suivaient, à pas légers, sous les épais taillis,

L'enfant mêlant son rire au cri des bengalis ;
Et, de mystiques voix, aux accents ineffables,

Ont ému de l'écho de leurs syllabes d'or
L'adolescent rêveur qui s'ignorait encor.

Ta muse habite, ô Dierx ! ces chastes solitudes.

Comme le Paille-en-Queue, aux sombres altitudes
S'enfuit pour retrouver l'odorante forêt

Que rétrécit le flot montant et vert des cannes,
Ainsi tu t'isolais des riantes savanes

Pour livrer, seul, aux bois, ton musical secret.

Ta lyre est accordée à la triste fontaine
Qui sanglote sans bruit et s'écoule incertaine

A l'ombre chuchotante et glauque des bambous :

Dans le branchage obscur et grêle des jamroses
Où se suspend la ronce et le nid du bec-rose,

J'entends vibrer ton chant mélancolique et doux.

Ton âme s'est mêlée aux sauvages ramures,

Elle exhala l'encens de leurs âcres parfums :
Elle garda ce goût de marine salure

Que le vent, vers la sylve, emporte avec l'embrun ;
Elle s'irradia des vagues flamboyantes

Qui se brisent au pied de la falaise ardente
Et lavent sans arrêt ses flancs lisses et bruns.

Un jour, par le sentier qui descend vers la plage,

Sur ce vieux banc moussu, pensif, tu vins t'asseoir :
Ton regard enivré d'ambitieux mirages

Erra sur l'Océan peut-être sans le voir ;
Comme l'oiseau de mer vers le large s'élance,

Ton rêve éblouissant mesurait la distance

Qui t'éloignait d'un But. Le sublime horizon

Devint pour toi, dès lors, le mur de ta prison.

O Poète ! Ta voix résonne inoubliée !
Le plus rare laurier fut tien. Mais tour à tour,

La Gloire et la Douleur et la Mort et l'Amour,

Ces graves Séraphins aux ailes repliées,

Sévères, t'ont fermé, vigilants, et subtils,
L'Eden que tu laissas pour le pays d'exil.

Tu ne revins qu'un jour aux scintillantes grèves,
T'imprégner un instant des senteurs et des sèves,

Du verger tropical et des vierges sommets ;

Mais, de ton beau Destin, prisonnier, sans murmure,
Tu repartis, hélas, meurtri de la blessure

Que fait saigner en nous un éternel regret.

Or, à Paris, un soir de triste et froide brume,
Il a revu soudain la splendeur qui s'allume

De l'aube au Crépuscule en l'ancestral jardin.
Alors, pour enchanter son âpre nostalgie,

Il dit l'hymne berceur et la mélancolie
Des filaos plaintifs sur le morne ravin.

( Poèmes pour l'Ile Bourbon)

(1)Dans la banlieue de Saint-Denis, c'est la propriété de famille où
Léon Dierx passa une partie de sa jeunesse. Le bois de filaos qui entoure
la demeure inspira au poète l'admirable pièce du recueil " Les lèvres
closes " Chantal L.

 

N'oubliez pas de laisser votre avis sur ce site dans le livre d'Or

Pour vous abonner à notre liste de discussion, cliquez ici. Merci par avance pour votre soutien et vos critiques.

Retour

Capturé par MemoWeb à partir de http://perso.wanadoo.fr/daniel.lacouture/Divers/Poemes/Divers_Discussion_Poesie_008.htm  le 02/10/03